fren

Séminaire doctoral 2 jours

Le plagiat comme révélateur des fractures individuelles et collectives dans la production de connaissances 

 

Le deuxième type de séminaire que nous animons dans le cadre d’Ecoles doctorales nous permet de bénéficier de plages horaires adaptées à la formation de nos futurs veilleurs d’intégrité, comme dans celui ci-dessous dispensé en Programme doctoral de l’Ecole des Sciences Criminelles de Lausanne (25-26/11/2015).

Résumé

Règle du « publish or perish », échanges électroniques, bibliothèques en ligne…  notre métier de chercheur a été bouleversé en profondeur, et ce, en un laps de temps qui ne nous a pas permis d’instaurer des repères déontologiques stables. Chaque année, dans diverses universités, des thèses de doctorat sont annulées et des réputations de chercheurs sont détruites parce que les auteurs ont fait preuve de négligence académique en plagiant des écrits d’autres auteurs. Sur la base des dossiers d’expertise et de recherche que nous traitons, nous articulerons les thèmes du séminaire :

1er Jour (14h00 à 17h15) : « Vers la maîtrise du sujet »

– Le 1er thème, dynamique, décrit comment on devient plagieur, ou non, et comment cela détermine une indentité de plagieur dès le doctorat. Or, le plagiat est imprescriptible et des doctorats sont retirés, dans tous les pays, des années après leur obtention… De nombreux cas illustreront cette partie, mais l’expérience des doctorants sera aussi sollicitée.

–  Le 2e thème, structurant, est de  celui des 10 conséquences d’un comportement plagieur afin de permettre à chacun d’appréhender la nature du problème en abandonnant le niveau de la logique de la cause (i.e. « qui a copié qui ? »). Les doctorants réagiront ensuite par rapport à des cas réels pour vérifier que les 10 conséquences sont correctement assimilées.

–  Le 3e thème sera celui des profils de plagieurs afin de ne plus généraliser les conduites et sortir de la logique binaire « bon vs. mauvais » scientifique, « coupable vs. victime », etc. On apprendra à reconnaître les types de plagieurs et à communiquer avec eux, voire à les éviter et à les sanctionner.

  

2ème Jour (9h15 à 12h15 et 13h15 à 17h15) : « Vers l’expertise »

– Le 4e thème, porte sur la maîtrise de nos grilles d’expertise afin d’apprendre à qualifier 5 types de plagiat selon la nature et le degré du masquage effectué par leur auteur. On montre ce qu’est une signature de plagieur, et comment la détecter sans qu’il soit besoin d’user de logiciels de détection (ce faisant, les participants mesurent clairement les risques de leur propre conduite si elle n’est pas irréprochable). 

– On montre ensuite comment se déroule une commission d’expertise de cas de plagiat (risques, précautions d’usage, confidentialité…) et les déterminants juridiques formels (contrefaçon, diffamation…).

–  Deux à trois cas de dossier d’expertise en cours d’étude sont ensuite présentés. Tous ont été élaborés suite à plainte pour plagiat sur thèse de doctorat et seront analysés par les étudiants. Les participants doivent adopter les rôles de différents acteurs (plagieur, plagié, co-auteurs, directeur de thèse, président de jury, éditeur, avocat, recteur d’Université…) pour traiter les cas puis, proposer – ensemble – des solutions réparatrices.

– Tour de table final sur les exemples de qualification des types de plagiat issus de l’expérience des participants. Puis analyse de divers tableaux comparatifs des différents types de plagiat.

Objectif du cours

• Procurer une grille de déontologie claire aux participants en matière d’emprunts, de citations, de construction de connaissance lors de l’écriture d’articles et de thèses de doctorat.

• Procurer des « guidelines » pour aider à traiter de situations de conflit complexes dans des cas de plagiats qui mettent en scène divers acteurs (doctorants, professeurs, administrateurs, auteurs, journaux…).

Méthode

• Exposés sur la base des travaux effectués depuis 10 ans sur le sujet via notamment le site Responsable.unige.ch

• Analyse à l’aide de fiches de cas élaborés sur la base de situations réelles rencontrées.

• Travail en groupes, appel à l’expérience de chacun.

• Lecture (facultative) : Le plagiat académique – Comprendre pour agir, Bergadaà M., L’Harmattan, Questions contemporaines (2015).