fren

Règles d’intégrité académique

Les plus fréquentes des fautes que nous rencontrons sont citées ci-dessous. Cette liste ne saurait prétendre à l’exhaustivité.

En matière de plagiat, sont considérés comme manquements à l’intégrité les faits avérés suivants :

  • La publication sous son propre nom de résultats de travaux et de découvertes de tiers (plagiat).
  • Le fait d’obtenir le statut de coauteur d’une publication sans avoir apporté de contribution essentielle au travail.
  • L’omission délibérée des noms de collaborateurs du projet y ayant apporté des contributions essentielles.
  • Les citations intentionnellement erronées tirées de travaux existants ou supposés de tiers.
  • L’autoplagiat, soit l’omission volontaire de référence à ses travaux antérieurs.
  • La publication dans une langue d’un article déjà publié dans une autre langue sans y faire explicitement référence.

En matière de fraude scientifique, sont considérés comme manquements à l’intégrité les faits avérés suivants :

  • L’invention des résultats de recherche.
  • La falsification intentionnelle de données de base.
  • La présentation ainsi que le traitement intentionnellement trompeurs de résultats de recherche.
  • L’exclusion de données de base sans la consigner ou sans en donner les raisons.
  • La dissimulation de données.
  • Le piratage de données.

En matière de plagiat et de fraude scientifiques, sont considérées comme fautes de déontologie :

  • La modification de l’ordre des auteurs sans leur accord et sans justification de celui-ci.
  • La mention volontaire d’une personne en qualité de coauteur alors qu’elle n’a pas contribué au projet.
  • L’omission délibérée de contributions essentielles d’autres auteurs sur le même sujet (bibliographie incomplète).
  • Le fait de passer sciemment sous silence des conflits d’intérêts.
  • La violation du devoir de discrétion (obligation de réserve).
  • La négligence du devoir de surveillance.
  • Le refus d’accorder à des tiers dûment autorisés le droit de consulter les données de base.
  • La présentation non-objective d’opinions divergentes.
  • Les indications incorrectes sur le stade d’avancement de la publication de ses propres travaux (par exemple « publication en cours d’impression », alors que le manuscrit n’a pas encore été accepté).